Logo AGFC: Association Genevoise de Football Corporatif

Spéciale World Corporate Cup of Soccer

 

Spéciale World Corporate Cup of Soccer

 
Cérémonie de clôture
Bises de Manchester United
Bienvenue à Manchester City
journée de qualifs

Il aura finalement fallu que nous prenions nous-mêmes les choses en mains pour que la Sélection AGFC participe à sa première compétition internationale depuis sa création durant la saison 2006. Le Maroc n’aura été que chimère alors que Manchester était bel et bien réel. En effet, cette ville du Royaume-Uni accueillait la World Corporate Cup of Soccer, du 4 au 6 septembre 2009. Frustré d’avoir été abandonné par les nord-africains, le sélectionneur genevois avait la ferme intention de combler cette lacune le plus rapidement possible. C’est sans hésitation que le Président de notre Association, non sans demander au préalable quel en serait le budget, a donné son aval pour le déplacement de notre Sélection pour ce tournoi mondial, prenant en charge une partie des frais. La Rédaction revient sur ce voyage dans ces quelques lignes.

Le matin du 4 septembre, 15 joueurs et le coach se retrouvaient pour le check-in au guichet de British Airways de l’Aéroport international de Genève. Il aura fallu batailler ferme pour que les deux équipements spécialement sponsorisés par Foot Line pour la circonstance puissent faire partie du vol. Leading Tours, agence de voyage pâquisarde, est montée aux barricades pour défendre la cause des footballeurs, allant même jusqu’à déplacer le directeur en personne pour que les sacs puissent être chargés dans la soute. Malgré cela, il a fallu faire preuve de finesse et de diplomatie au moment même de présenter les cartes d’embarquement. Le moins que l’on puisse dire c’est que la compagnie aérienne de la Reine Elisabeth manque cruellement d’ouverture d’esprit ! Comme si cela ne suffisait pas, l’employé étant en charge de la délivrance des cartes d’embarquement n’a rien trouvé de mieux que d’imprimer deux cartes au même nom ! Résultat des courses : décollage avec une heure de retard pratiquement, car de toute évidence deux bagages au nom du même passager se trouvaient dans l’avion. Cherchez l’erreur ! L’escale à Londres Heathrow devenait du coup un vrai parcours d’obstacle. 16 passagers en transit courant derrière une hôtesse de terre qui visiblement ne savait pas où elle devait se rendre, alors même que l’avion direction Manchester commençait à s’impatienter. Contrôles d’identités en toute hâte et strip-teases en catastrophe. Un moment qu’il faut sans doute avoir vécu une fois dans sa vie.

Arrivée décontractée à Manchester International, qui de prime abord paraissait être un petit aéroport de seconde zone. 150 portes d’embarquement tout de même ! Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles paraissent. Et là, la surprise des footballeurs genevois fut grande de découvrir qu’aucun bagage n’avait suivi le vol ! Pris en charge par un car de Select Travel, agence de voyage locale, les joueurs de l’AGFC ont donc été obligés de prendre leurs quartiers dans l’hôtel IBIS à la Charles Street, non loin du centre de Manchester, démunis de brosses à dents et surtout démunis des maillots servant au tournoi du lendemain matin.

Toutes ces émotions n’ont pas coupé l’appétit aux sportifs. Souper dans un restaurant italien à deux pas de l’hôtel, avant de se rendre dans le City of Manchester Stadium pour l’inscription officielle de chaque joueur au tournoi. Déplacement effectué avec les transports publics de la ville pour éviter les frais supplémentaires de la location d’un minibus. C’est là que les joueurs se sont rendus compte de la lacune des organisateurs de n’avoir pas prévu de navettes pour amener de l’aide aux équipes participantes. Ils se sont rendu compte également de l’importance de l’amabilité des conducteurs de bus, dont l’un d’entre eux a d’ailleurs à ce jour un contrat sur sa tête pour les avoir fait marcher quarante minutes sous une pluie battante pour retourner à l’hôtel. Les effets personnels ne sont arrivés que six heures plus tard ! La cerise sur le gâteau était pour le plus jeune du groupe, mineur, et en déplacement sous la responsabilité du coach. La récupération des valises a été bien moins fructueuse pour lui. Commença alors un interminable combat téléphonique avec British Airways, principalement grâce à l’aide des employés dévoués de la réception de l’hôtel.

Le samedi matin, à l’heure de se rendre à la William Grammar Hulme’s School pour le tour préliminaire, le groupe de footballeurs genevois s’est offert le Dayrider des transports publics et ne s’est pas si mal débrouillé, puisqu’il est arrivé à l’heure à bon port. Echauffement avec le capitaine de l’équipe, qui a pris sa charge très à cœur, contrôle des accréditations et photo d’équipe, avant d’attaquer les premiers adversaires.

Le FC Costain a cueilli la Sélection AGFC à froid, démontrant immédiatement aux romands du bout du lac que ce tournoi serait fait de contacts pour le moins agressifs. Mais ces derniers ne se sont pas laissés démonter et on rendu la monnaie aux britanniques, en les battant par 2 – 1. Lors de la seconde rencontre contre le FC Finnair, l’un des sponsors de la compétition, la Sélection s’est dans un premier temps laissée endormir par le rythme peu élevé de la partie, avant de se réveiller et remporter l’enjeu sur le score de 2 – 0. Le troisième match de la journée contre le FC Barclaycard, double champion du Royaume-Uni de football corporatif, tourna pratiquement au pugilat. Les anglais pratiquaient des tacles à mi-hauteur peu fair-play et s’accrochaient à tout va aux maillots. L’usage d’insultes sans fondement et du type pénétrant fusaient à chaque duel. C’est avec difficulté que l’a formation helvétique gardait son calme, finissant d’ailleurs la rencontre avec deux cartons jaunes et un rouge. L’adversaire, ayant également vu trois fois le jaune, est revenu deux fois au score pour un résultat nul de 2 – 2.

La soirée s’annonçait bien car chaque joueur avait à cœur de faire honneur à la République dans la suite du tournoi le lendemain. Après la cérémonie d’ouverture dans l’antre de Manchester City, lors de laquelle les repas étaient rationnés, certains compétiteurs sont allés se coucher. D’autres ont découvert Deansgate et son innombrable  clientèle extravagante. Une série de bars situés le long d’un canal accueillaient la gent féminine largement décolletée et postérieurement extrêmement raccourcie. Mais les joueurs n’ont pas oublié l’essentiel et ont rejoint la couette afin d’être prêts pour le dimanche. C’est contre Cooperative Financial Services que l’AGFC a gagné son billet pour la finale mondiale, gagnant brillamment par 4 – 1. A égalité parfaite avec le FC Barclaycard, la Sélection devait donc se retrouver face aux champions britanniques pour jouer le titre. C’est à deux pas du stade de Manchester City que cette dernière confrontation devait avoir lieu. Les représentants du football genevois étaient psychologiquement prêts à la revanche de la veille, prêts à l’affrontement sans pardon, prêts à aller jusqu’au bout du chemin. Pride in the battle !!

Comme prévu, le match était dur, très dur. Malheureusement, la Sélection encaissa un but accidentel à la 15ème minute de la première période et ne put  jamais revenir au score. Le coach tenta bien cinq dernières minutes avec un défenseur en moins, mais rien n’y fit. Les genevois finissaient vice-champions du monde. Au départ de Genève, chacun aurait signé pour un tel résultat, mais si prêt du but… quelle frustration ! Personne ne quittait les lieux puisque la distribution des prix devait avoir lieu à la Commonwealth Suite du plus grand stade de la ville immédiatement après la compétition. Là encore, les trois amuse-bouches servis à cette occasion n’ont pas encombré les estomacs affamés. Applaudissements, crépitements, cris, chants, visite du stade et olas étaient suivis d’un prix spécial pour le coach de la Sélection AGFC, désigné comme le meilleur manager des équipes présentes.

Après une soirée lors de laquelle les joueurs de la Sélection ont fêté leur belle prestation en buvant certes autre chose que de la limonade, mais toujours avec modération, en mangeant des pizzas à l’emporter sur un escalier, à deux pas d’une femme qu’ils n’imaginaient pas parlant le français et lors de laquelle les dernières gorgées se sont consommées au bar de l’hôtel, chacun a tenté de se reposer quelque peu. Pourquoi « tenté » ? En effet, les sportifs genevois, très joueurs, ont frappé à la porte de la chambre de leur coach à deux heures et demie du matin. Lorsque celui-ci a ouvert, vêtu d’une seule serviette de bain autour de la taille, il a découvert la bagatelle de quinze équipements complets des deux couleurs, certes pliés, mais d’une odeur pestilentielle, sur le pas de porte. Sans doute existe-t-il un cliché immortalisant la scène.

Lundi matin toute la troupe libérait les chambres et se déplaçait pour une visite mémorable du stade de Manchester United, sous la houlette d’une guide qui avait certainement dû s’engager dans la Légion lors de sa jeunesse. Visite stricte mais émotionnelle qu’il n’aurait fallu rater pour rien au monde. Dans ce car qui emmenait l’équipe à l’aéroport de Manchester, on pouvait ressentir toute l’émotion de ce qui était en train de prendre fin. Des joueurs qui pour la plupart de sont rencontrés pour la première fois et qui ont également joué ensemble pour la première fois, venaient de vivre des jours inoubliables et de créer un esprit de groupe en un temps record. Et là, il allait falloir se séparer incessamment. Un seul moulin à paroles était encore audible dans le minibus et il n’était pas pour rien dans l’ambiance que les sélectionnés venaient de vivre.

Le retour à l’Aéroport de Genève Cointrin s’est fait dans un bruit assourdissant, autant dans l’avion au moment de l’atterrissage que dans le terminal. A la porte de sortie des arrivées, les joueurs de l’AGFC ont même fait une haie d’honneur à leur coach. Avant les séparations définitives, les embrassades, accolades cordiales et serrages de mains étaient de rigueur.

Qui sait, peut-être la World Corporate Cup aura-t-elle un jour lieu dans notre petit canton?

12.09.2009

Roger WAEGER